top of page

Prévenir et sortir du harcèlement



La semaine dernière, j’ai eu la chance d’animer pour la 2 eme fois l’atelier « Désamorcer une relation agressive » au collège de L’épine Guyon à @franconville95 auprès d’un groupe d’une quinzaine de jeunes filles dans le cadre du mentorat des @lesvaldoisiennes (dont je fais partie).


L'objectif de cet atelier, c'est de donner aux ados des outils relationnels pour prévenir et/ou sortir d'une situation de harcèlement.


Parce qu'on parle beaucoup du harcèlement scolaire. C'est une bonne chose. Mais quels sont les effets mesurables de toute l'information mise en place aujourd'hui (c'est à dire la détection, le fait de prévenir un adulte, le rappel à la loi, etc..)?

Lorsque que j'anime des groupes d'enfants ou d'adolescents, lors de ces ateliers de prévention et désamorçage du harcèlement scolaire, je pose souvent la question: "Avez vous l'impression que vous pouvez faire quelque chose qui change la situation?"

Parfois la réponse est oui: "Je peux répliquer suffisamment méchamment pour qu'ils me laisse tranquille. Ou je peux ignorer pour qu'ils se lassent". Puis je demande "est ce que ça fonctionne?". Et trop souvent, la réponse est NON.

Parfois la réponse est non:"J'en parle au prof, ou à mes parents, mais ça ne change rien."



Mercredi dernier j'ai eu 2h. 2h c’est pas beaucoup. C’est très court pour aborder ce qui, finalement, fait l’essence de ce que l’on retient souvent le plus de nos années scolaires. Mais ce n'est pas rien non plus. On sème des graines comme on peut.


Si je vous demande des souvenirs de collège, qu'est ce qui vous vient?

Tiens si on se demande, une fois adulte, ce dont vous vous rappelez au collège? Vous vous souvenez de quoi? Des règles de maths? Des poèmes en espagnol ? Des dates du programme d'histoire? Il y a des chances pour que la conversation tourne autour de comment vous vous sentiez à l'époque, qui était populaire, si c'était pénible ou pas, si vous aviez des amis, qui était la coqueluche à cette époque,.. Des noms, des visages, des attitudes.. des amitiés, des amours, des déceptions, des joies, voilà ce qui nous reste le plus souvent.


La qualité des relations qu'on a eues, c'est cela qui reste quand on cherche à évaluer si ça s'est bien passé ou pas. Pas notre moyenne de géo.

Nos relations sont fondamentales dans notre parcours. Elles peuvent refléter la qualité des liens qu'on a reçus plus jeune, et elles forment notre lien aux autres, au monde. Nous sommes des êtres sociaux qui avons besoin de relationner. Et il y a quelques notions essentielles qui peuvent s’apprendre pour ne pas laisser une relation agressive s’installer, perdurer, et devenir du harcèlement. On s’en parle??


Je suis Marie-Laure Baudet, Hypnothérapeute spécialisée dans l'accompagnement des enfants et des adolescents. Il existe des outils simples pour prévenir et stopper des situations de harcèlement. Formée auprès du Dr Aïm, psychiatre et formateur en hypnose, j'interviens en milieu scolaire, associatif ou municipal pour enseigner "Le jeu de l'idiot". Permettons aux victimes de harcèlement de ne plus subir cette situation. Construisons un monde moins agressif.


Pour me contacter concernant ces ateliers, c'est ici:




3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page