Comment réagir en tant que parent face au harcèlement et comment mieux accompagner nos enfants ?



Il y a moins d'un mois, le 18 novembre, a eu lieu la journée nationale contre le harcèlement scolaire. De quoi on parle au juste quand on parle de harcèlement? Quelles sont les solutions apportées aujourd'hui? Qu'est ce qu'on peut faire en tant qu'adulte face à ces situations et surtout, quels outils peut-on donner à nos enfants?

De quoi on parle?

Définissons le harcèlement: Il s'agit d'attaques "petites", répétitives et blessantes, selon le Dr Philippe Aïm, psychiatre et hypnothérapeute.

Globalement verbal, car si quelqu'un nous frappe une fois, c'est une agression. Lorsque ce sont des mots qui blessent, de manière répétée, quotidienne, alors on entre dans ce que l'on appelle du harcèlement, et c'est moins décelable et plus pernicieux qu'un coup reçu "constatable", car la souffrance est "invisible". Lorsque nous avons connaissance d'un fait de harcèlement, nous avons naturellement tendance à conseiller 2 directions intuitives.

D'un côté :" Laisse dire", "ignore-le","c'est pas grave".. On dédramatise, on invite l'enfant à ignorer les attaques.

Ou bien à l'inverse: "Défens-toi", "réponds-lui que c'est lui qui est bête de..", on invite l'enfant à ne pas se laisser faire et à riposter, parfois de manière plus forte pour qu'on le laisse tranquille. Parfois même ce sont les adultes qui interviennent, les parents mobilisent les enseignants, la direction, parfois même les institutions légales. Il y a des campagnes de prévention, de répression. Et le constat c'est que les chiffres ne baissent pas. :-(

Pourquoi c'est inefficace?


Ignore-les:

Si l'enfant ignore, c'est une des façons de montrer que cela le touche mais qu'il ne souhaite pas/ne sait pas comment/n'a pas le droit de riposter ---> le message reçu par le harceleur, c'est BINGO!


Défend toi:

Si l'enfant réagit proportionnellement voir plus fort, le message est clair! Je suis touché, blessé, tes mots/actes me font mal et je suis en situation de contre/attaque ---> ce qui est perçu par le harceleur, c'est: "je joue le même jeu que toi, en espérant te blesser suffisamment pour que tu arrêtes.. mais je suis bien sensible à ce que tu fais avec moi". Et c'est l'escalade possible, où le harcelé se retrouve en situation de harcèlement à son tour, pour se défendre.


Entendons nous bien, cela part de la meilleure intention qui soit:

(Comme disait ma grand-mère, l'enfer est pavé de bonnes intentions)

Lorsque les adultes interviennent, le message de bonne morale qui est véhiculé dans ceci c'est: 'je te reconnais dans ce que tu vis, ce que tu vis n'est pas juste et tu mérites d'être défendu, je m'en charge".


Mais implicitement, à un autre niveau, le message qui est véhiculé pour les enfants harcelés c'est : "comme tu n'as pas la capacité à te défendre tout seul, alors je vais m'en charger à ta place" --> autrement dit, en gros raccourci, "tu es faible et tu as besoin des adultes pour te sortir de cette situation. Seul, tu ne peux rien."

Et il y a même des spots de prévention qui passent dans les écoles qui montrent des enfants qui doivent faire bloc, se serrer les coudes face aux harceleurs, pour intervenir et protéger la victime ensemble.


Ce qui envoie également implicitement le message aux harceleurs: "tu as choisi la bonne victime". Car le mécanisme qui s'enclenche dans le harcèlement, c'est le plaisir du harceleur face à sa "proie".

L'ignorer ou lui répondre ne sont que d'autres manières de lui dire : "ce que tu me dis me touche, bien joué, continue", activant encore le circuit du plaisir pour le harceleur, et donc alimentant encore plus le problème.


Autrement dit, cela enclenche le processus qui repart pour un tour, et la boucle est bouclée.



Alors comment réagir?


Nous adultes, et eux enfants? Comment adopter la bonne attitude face aux harceleurs? Comment donner des outils concrets à nos enfants pour qu'ils puissent faire face à ces situations? Comment peut-on aider les enfants à se faire respecter sans avoir à devenir agressif soi-même?


La réponse dans ces 2 vidéos:


La première est de Emmanuelle Piquet, créatrice de Chagrins scolaires:


Ici c'est Phillippe Aïm, psychiatre et hypno qui partage son approche:

Et pour aller plus loin, vous pouvez lire son livre qui est juste FA-BU-LEUX:


Si votre enfant est victime de harcèlement et que ces techniques de réponse sont difficiles à mettre en place, seuls à la maison, ou que cette situation est émotionnellement trop forte pour lui (et pour vous) alors je peux vous aider. Appelons-nous!


26 vues0 commentaire